Plouvorn. En triporteur, les anciens se réapproprient le bourg.

plouvron en triporteur les anciens se reapproprient le bourg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour cette première sortie des triporteurs à St Roch les bénévoles Pascale Dluz, Ernest Le Bris et Claire Hélenne aidés par Marie ont accompagné Suzanne, Francine et Yvette sur les chemins du Plan d'Eau et de Lambader | Photo : Ouest-France

Depuis peu, les aînés de Saint-Roch peuvent à nouveau se déplacer à vélo, grâce à l’association A vélo sans âge. Ils redécouvrent avec plaisir leur environnement.

Trois questions à…

Pascale Dluz, bénévole de l’association.

Que propose A vélo sans âge ?

L’antenne du pays de Morlaix a vu le jour sous l’impulsion d’Ernest Le Bris, en septembre 2016. Elle est constituée d’une quinzaine de bénévoles et propose aux personnes à mobilité réduite des sorties en triporteur, en toute sécurité, et piloté par les bénévoles.

Nous avons trois triporteurs à assistance électrique, dont un qui peut recevoir les fauteuils roulants. L’association s’adresse surtout aux maisons de retraite et aux foyers de vie.

Qu’apporte ce service aux personnes âgées ?

Cela n’a rien à voir avec une sortie classique en voiture. Dans le triporteur, les personnes sont en prise directe avec l’environnement. Ils ont une sensation de liberté en sentant le vent dans leurs cheveux.

Cela leur permet de revoir des lieux du passé et parfois d’interpeller les gens sur leur passage. Au cours de ces sorties, ils ne sont plus vraiment les mêmes.

Quelles sont les contraintes liées à cette activité ?

La première difficulté est de pouvoir déplacer les triporteurs basés à la maison de retraite de Pleyber-Christ. Il faut également trouver des circuits qui puissent convenir à cette activité, et en toute sécurité. À Plouvorn, le plan d’eau s’y prête bien, tout comme les grandes allées du parc de Kéruzoret.

L’achat des triporteurs a aussi un coût, entre 5 000 et 6 000 €. Tous les partenaires qui veulent nous aider sont les bienvenus. Après ce premier essai concluant, à Plouvorn, je vais promouvoir cette activité auprès des autres établissements du Haut-Léon.